Le «moins salé» préféré au «sans sel»

Une étude menée auprès des consommateurs permet de mieux cerner les connaissances et les attentes concernant la problématique du sodium.

Cette étude a été réalisée par l’Université d’Etat de Caroline du Nord aux États-Unis, auprès de 488 consommateurs ayant participé à une enquête quantitative par internet. Les auteurs ont notamment attribué un score de connaissances sur base des réponses concernant la teneur en sodium des aliments.

Les résultats, publiés dans le Journal of Food Science, montrent que globalement les consommateurs sont conscients de la présence de sodium, surtout dans les aliments très salés. Le sodium est bien perçu comme un élément constitutif du sel.

Par contre, les personnes ayant une histoire familiale de certaines affections liées à l’apport en sodium n’ont pas nécessairement une meilleure connaissance des sources de sodium, que ceux qui n’ont pas de tel historique. Autre constat: la mention du contenu en sodium sur l’emballage n’a pas d’effet dissuasif.

Pourtant, le contenu en sodium n’augmente pas nécessairement la satisfaction envers le produit. L’ajout d’un ingrédient «sain» tel que des céréales complètes ou des fibres augmente l’attrait pour l’aliment. Pour ce qui est des allégations, les consommateurs marquent clairement leur préférence pour un produit qui affiche «réduit en …[un nutriment malsain, comme le sodium]» que pour un produit «sans…». Comme si on était prêt à faire des efforts… mais dans certaines limites!

 

Kim M.K. et al., J Food Sci., 2012 Sep; 77(9):S307-13. doi: 10.1111/j.1750-3841.2012.02843.x

 



, , , , ,

Rétroliens/Pingbacks

  1. Le «moins salé» préféré au «sans sel» | Nutrition, Santé & Action | Scoop.it - 5 octobre 2012

    [...] Une étude menée auprès des consommateurs permet de mieux cerner les connaissances et les attentes concernant la problématique du sodium.  [...]

Laisser un commentaire

Laissez votre commentaire ici. Merci de rester courtois. Votre adresse e-mail restera confidentielle.