Nutrigraphics

Nutrigraphics: Aliments & santé cardiovasculaire

Comments (3)
  1. Coste dit :

    Pour les œufs, je ne suis pas d’accord.
    Etant donné de la richesse des œufs, en terme de micronutriments et de lipides d’excellentes qualités, on ne peut pas recommander des les éviter ou limiter.

    Les œufs et le cholestérol est une vielle histoire qui n’a plus du tout lieu d’être … Car à l’heure actuelle le cholestérol n’est plus limité en regard de LDL normaux.

  2. C’est en effet quelque peu surprenant, compte tenu du fait que le cholestérol alimentaire n’est plus vu comme autrefois. Cet avis vient de la revue de Freeman et al, publiée dans le
    Journal of the American College of Cardiology en mars 2017. Ils ont étudié l’ensemble des données disponibles (et non l’une ou l’autre étude sur le sujet). Dans l’étude complète, ils consacrent un paragraphe intitulé “Eggs and dietary cholesterol: What’s the truth?” dans lequel on peut lire ceci :

    “Despite the widespread enthusiasm with the original statement of the 2015 Dietary Guidelines Advisory Committee Report, it remains prudent to advise patients to significantly limit intake of dietary cholesterol in the form of eggs or any high-cholesterol foods to as little as possible. Whereas shellfish is also a source of dietary cholesterol, it is low in saturated fatty acids (SFAs) and may be a better choice than foods high in SFA, but should be limited to reduce dietary intake of cholesterol.”

    C’est une vision très américaine qui, il est vrai, n’est pas aussi partagée en europe, mais cela constitue néanmoins une référence solide. Ceci dit, comme la nutrition en général, le sujet va probablement encore évoluer…

  3. Fanny Paris dit :

    Ne faut-il pas également comparer les oeufs américains et les oeufs européens (du moins franco-belge) ? Car là où nous avançons en terme de respect de la vie animale, je ne crois pas qu’il y ai d’exemple américains. La nouvelle législation française est franchement orientée (poussée par le consommateur gaulois fier de son emblème – le coq) vers le bien être des poules, élevées au pire hors cage (en hangar, les cages et la catégorie 3 ayant vocation à être réduites au maximum), au mieux en plein air avec alimentation bio. Ce mode de vie et les alimentations (enrichies en graines de lin, pourvoyeuses d’oméga 3) données aux poules modifient la composition du jaune d’oeuf.
    Les recos US ne sont donc pas forcément les recos européennes, mais ceci à notre avantage. A nous de savoir le véhiculer auprès de patient toujours “plus informés” via les réseaux sociaux …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *