Articles

Les risques de contaminations chez les végétariens

risques-contaminations-vegetariens
Comments (4)
  1. Michèle Belan dit :

    Pour que ce soit valable, il faudrait également parler de type de production : bio ou non, de type de conditionnement : frais, conserve, nourriture industrielle, cuit, cru, etc., l’âge, le sexe …

    1. Bonjour Michèle,
      Les auteurs précisent que les expositions aux pesticides n’ont pas été calculées dans la présente étude. Cela s’explique car les données de contamination disponibles ont été générées sans tenir compte des origines biologique ou non des produits alimentaires.
      La population végétarienne de l’étude Nutrinet-Santé semblait consommer une grande partie des aliments biologiques (Baudry et al., 2015, 2016) qui pourraient être moins contaminés que les aliments conventionnels. Par exemple, une première étude parmi les participants à l’étude BioNutrinet-Santé (cf. http://bionutrinet.etude-nutrinet-sante.fr/) a souligné que les participants végétariens ou végétaliens avaient une part de nourriture biologique de près de 50%.
      Les données de contamination utilisées dans le présent article n’a pas tenu compte de ce type de produit, donc l’exposition alimentaire aux polluants chimiques signalés dans la présente étude pourrait être surestimée.
      Cordialement,

  2. Dumont dit :

    Bonjour,
    On parle de contamination, donc clairement de quelque chose de négatif et concernant les phyto-oestrogènes il est dit que les végétariens sont jusqu’à 300 fois plus exposés mais le lien vers l’article sur les phyto-oestrogènes et les produits transformés lui, dit que ceux ci sont bénéfiques pour la santé … du coup c’est un peu confus pour moi !
    Par ailleurs les sources responsables de ce taux de phyto-oestrogènes sont « les denrées alimenatires pour une alimentation particulière » … c’est à dire ???
    Enfin pouvez m’expliquer le lien entre aluminium et boissons chaudes svp ?
    Merci d’avance pour votre retour,

    1. Pierre Pérochon dit :

      Bonjour,

      1) Comme beaucoup de substances, les phyto-œstrogènes peuvent avoir des effets bénéfiques à certaines doses mais deviennent délétères au-delà d’autres valeurs. Ainsi l’Anses recommandait en 2005 de ne pas dépasser 1mg/kg de poids corporel/j d’aglycones pour les isoflavones. Parallèlement, afin d’assurer une prévention nutritionnelle vis-à-vis des maladies chroniques dégénératives, elle préconisait un profil alimentaire riche en produits végétaux, pouvant inclure des produits dérivés du soja non sucrés et en quantité modérée (1 à 2 produits par jour chez l’adulte), sans avoir recours à l’apport de compléments de phyto-estrogènes

      2) Les «denrées alimentaires pour une alimentation particulière» correspondent aux «food for particular uses (energy drinks, meal substitutes, etc.)» que nous retrouvons dans l’étude pointée en pied de page. Il ne nous est pas donné d’autres précisions supplémentaires. À noter que les denrées alimentaires pour une alimentation particulière correspondent à une réglementation précise.

      3) La présence d’aluminium dans l’eau de boisson peut résulter de sa présence naturelle dans les ressources en eau ou résulter du processus de potabilisation. En effet, lors du traitement de l’eau pour produire de l’eau destinée à la consommation humaine, les sels d’aluminium peuvent être utilisés lors de l’étape dite «de floculation». D’où le lien entre aluminium et boissons chaudes.

      Cordialement,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *